Changer de regard sur la santé des yeux !

Opticien

Changer de regard sur la santé des yeux !

Seul organe transparent de l’organisme, l’œil vieillit plus lentement que les autres facultés sensorielles. Ses performances diminuent néanmoins avec l’âge. Sensibiliser les salariés seniors à ces premiers troubles permet d’anticiper leurs conséquences sur la qualité de vie dans, et en dehors, de l’activité professionnelle.

Les troubles de la vue liés à la presbytie, à la myopie, voire à des pathologies oculaires tels que la cataracte, le glaucome ou la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge), sont une réalité pour 93 %* des salariés âgés de plus de 50 ans. Les premiers signes de presbytie apparaissent en effet autour de 45 ans. Dans la majorité des cas, les gênes visuelles occasionnelles génèrent une fatigue visuelle et une vision trouble, sources de maux de tête et de difficultés de concentration. « Une des principales plaintes chez les seniors est la difficulté à lire quand la lumière baisse. Les efforts que l’œil et les muscles périorbitaires doivent faire expliquent en partie la fameuse fatigue visuelle dont se plaignent les salariés plus âgés », souligne Alain Abenhaïm, ophtalmologue.

Outre la fatigue visuelle proprement dite, la fatigue oculaire, due à l’insuffisance du film lacrymal, se matérialise par des yeux qui piquent. Les conditions de travail peuvent aussi impacter le confort visuel. Le stress, par exemple, réduit la sécrétion lacrymale provoquant ainsi des irritations oculaires.

Des « Rendez-vous Prévision » pour la santé des yeux

Si un tiers* des actifs seniors estiment que les problèmes de vue contraignent leur vie professionnelle au quotidien, les troubles visuels ne sont pas pour autant toujours bien corrigés. Près d’un tiers* des salariés possèdent des lunettes ou des lentilles inadaptées à leur vue, tandis que 27 %* d’entre eux ne portent pas systématiquement leurs lunettes ! Des situations qui sur-sollicitent pourtant, la vision de près.

Côté dépistage, 88 %* des médecins du travail testent systématiquement la vision. Pour aller plus loin, les opticiens volontaires du réseau Optic 2000 peuvent intervenir dans les entreprises. Les « Rendez-vous Prévision » sont adaptés à chaque activité professionnelle. Ils visent à repérer les troubles visuels des salariés dont la prise en charge est essentielle pour le confort de travail. Le rendez-vous débute généralement par un bilan réalisé à l’aide d’un Ergovision. Cet appareil permet de tester la vision de près, particulièrement sollicitée devant l’écran d’ordinateur, et la vision de loin, indispensable pour conduire en toute sécurité par exemple. Il s’agit aussi de vérifier que les corrections visuelles des salariés sont toujours adaptées.

Un atelier de réalité augmentée peut également être proposé : il consiste à s’immerger dans un environnement de travail où la vue est particulièrement sollicitée, via un casque de réalité virtuelle.

Les bons gestes à adopter pour prévenir les problèmes de vue

En termes de prévention, parmi les améliorations à apporter sur le lieu de travail, l’instauration de pauses visuelles fait partie des priorités. Pour les spécialistes, le seul fait de fermer les paupières va reposer les muscles orbitaires, et faciliter la convergence des deux yeux en vision de près.

Un ergonome peut être sollicité également afin de réorganiser un bureau. Un exemple : une personne presbyte, équipée de verres progressifs, devra disposer d’un écran d’ordinateur installé suffisamment bas pour ne pas relever excessivement la tête pour lire. « Beaucoup de troubles posturaux, comme des torticolis, sont dus à une mauvaise vue ou à une mauvaise correction », confirme Alain Abenhaïm.

La qualité de la lumière concentre aussi les attentions. « Nous privilégions les solutions permettant d’avoir, d’une part, un éclairage d’ambiance et, d’autre part, un éclairage d’appoint réglable par le salarié », explique Willy Buchmann, ergonome, enseignant chercheur au Conservatoire national des arts et métiers. Le confort de vue repose par ailleurs sur une bonne hygiène de vie, une alimentation riche en pigments… En fonction des métiers, des verres progressifs adaptés à la conduite, des « verres de proximité » (intermédiaire entre la distance de l’ordinateur et la lecture) ou des lunettes de sécurité adaptées contribueront aussi à limiter les effets du vieillissement oculaire des salariés de plus de 50 ans.

*Enquête Observatoire de la santé visuelle & auditive Optic 2000 – OpinionWay réalisée auprès de 1 000 actifs de 50 ans et plus (moyenne d’âge 55,3 ans) et de 200 médecins du travail du 19 mai au 8 juin 2016.

 

Source : Argus de l’Assurance

Partagez