Complémentaire santé : des petites mutuelles s’indignent de la hausse de la taxe

La Fédération diversité et proximité mutualiste (FDPM) dénonce les conséquences de la hausse de la taxe de solidarité additionnelle votée par le Sénat dans le cadre du projet de budget de la Sécu.

« Un contrat de complémentaire santé sera trois fois plus taxé qu’un hamburger ». Telle sera, selon la Fédération diversité et proximité mutualiste (FDPM), qui regroupe une centaine de petites et moyennes mutuelles, la conséquence de la hausse de la taxe de solidarité additionnelle (TSA) votée la semaine dernière par le Sénat dans le cadre de l’examen du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2019. Pour rappel, un amendement déposé par Jean-Marie Vanlerenberghe, sénateur LREM et rapporteur général de la commission des Affaires sociales, adopté mercredi 14, prévoit une augmentation en 2019 de 40 % (de 13,27% à 18,02%) de la TSA appliquée aux contrats de complémentaire santé.

Méconnaissance des mutuelles

Dans un communiqué, la FDPM affirme qu’elle « ne laissera pas se propager la campagne sournoise discréditant les organismes mutualistes, laissant entendre qu’ils auraient trop de réserves, qu’ils pourraient financer le 100% santé, et assumer toutes les taxes supplémentaires sans répercussion auprès de leurs adhérents ». « Au-delà de la méconnaissance de l’action des mutuelles par les élus de la Nation, c’est un réel  mépris à leur endroit qui se dessine et qui doit être stoppé, n’ayant pour seul but que de masquer les vrais responsables de la faillite de notre système de santé et la volonté de nos élites de faire disparaitre l’Assurance Maladie », ajoute la fédération mutualiste.
 

Source : Argus de l’Assurance

Une réflexion au sujet de « Complémentaire santé : des petites mutuelles s’indignent de la hausse de la taxe »


  1. pas surpris de la réaction des mutuelles devant les prévisions gouvernementale pour soit disant alléger les charges de la SS mais dont le but est surtout de faire payer le contribuable par faits interposés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *