La prochaine crise pourrait venir de l’éclatement de la bulle immobilière, avertit la BCE

Danièle NOUV, de la Banque centrale européenne, met en garde contre l’éclatement de la bulle immobilière en Europe, qui pourrait avoir de lourdes répercussions. Heureusement, elle juge les banques mieux armées qu’il y a dix ans pour faire face à la tourmente.
D’où pourrait venir la prochaine crise ? En Europe, elle pourrait bien venir du marché de l’immobilier, a déclaré Danièle NOUV, la responsable de la supervision du secteur bancaire à la Banque centrale européenne (BCE), dans l’entretien accordé à l’agence de presse lettone LETA. Le niveau historiquement bas des taux d’intérêt a favorisé une envolée des prix de l’immobilier dans plusieurs villes et régions européennes, au risque de créer des bulles financières. « Qu’est-ce qui pourrait provoquer la prochaine crise ? Je ne sais pas, mais je suspecte que ce pourrait être le marché immobilier. Nous savons avec certitude qu’il y aura une nouvelle crise. Mais nous ignorons quand et pour quelle raison ».
Les banques ont dans l’ensemble une meilleure situation financière mais certaines n’ont pas réussi à mobiliser suffisamment de garanties et à acquérir des liquidités supplémentaires quand elles étaient sous pression, a observé la patronne du Mécanisme de supervision unique (MSU). « Ce qui manque encore, c’est un système de garantie des dépôts », a-t-elle ajouté. « Je sais que certains pays d’Europe du Nord et de l’Est souhaitent que soit mise en œuvre une réduction plus importante des risques au sein des banques de la zone euro avant que de nouvelles mesures ne soient prises. Je pense personnellement que les risques ont déjà été réduits de manière significative. Donc, nous devons maintenant aller de l’avant, » a-t-elle ajouté.
Concernant les pays baltes, Danièle NOUV estime aussi que le boom des prix dans l’immobilier commercial constitue un risque, tout comme le recours à des taux variables car il n’y a aucune garantie que les salaires ou les bénéfices augmenteront de concert avec les taux. Les pays nordiques sont exposés par ricochet, les banques scandinaves détenant nombre d’établissements financiers baltes, a-t-elle ajouté.
 
Source : La rédaction CAPITAL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *