Présidentielle 2017 : Fillon se débat sur la santé !

Les élus de la droite et du centre sont de plus en plus nombreux à critiquer le programme santé de François Fillon. La volonté de revoir les rôles respectifs de la couverture publique et de l’assurance santé ne paraît plus réellement d’actualité. Et le candidat à la présidentielle se retrouve sans véritable proposition pour réduire le déficit de l’assurance maladie.
La polémique née entre les deux tours de la primaire de la droite et du centre continue d’empoisonner la campagne de François Fillon. Le programme santé du candidat Les Républicains à l’élection présidentielle 2007 est plus que jamais contesté, y compris dans son propre camp. En cause, la volonté affichée par l’ancien Premier ministre de recentrer l’assurance maladie sur les pathologies les plus lourdes et de confier à la complémentaire santé le remboursement des autres soins.
Invité de l’émission politique d’Europe 1, dimanche 11 décembre, Eric Woerth a balayé d’un revers de main la création de deux paniers de soins distincts. « La notion de petit risque et de gros risque n’est pas une notion efficace pour régler les problèmes de la Sécurité sociale », a déclaré le député Les Républicains de l’Oise. Et de commenter : « L’assurance maladie est essentielle, c’est le pacte républicain, François Fillon n’a pas l’intention de casser l’assurance maladie. »
Pas de baisse des remboursements
Mais l’ancien soutien de Nicolas Sarkozy est loin d’être le seul à critiquer la proposition choc de François Fillon. Le nouveau secrétaire général des Républicains, Bernard Accoyer, aurait visiblement lui-même fait part de ses craintes sur cette nouvelle distribution des rôles dans le financement des soins. Et cet ancien médecin, spécialiste des questions de santé à l’Assemblée nationale, de préciser notamment, il « est hors de question que les familles moyennes soient confrontées à une baisse de remboursement ».
Fillon va s’expliquer
Interrogé le 8 décembre dernier sur RTL, Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat, a annoncé que François Fillon devrait expliciter dans les prochains jours son programme sur la Sécurité sociale. Ce très proche soutien de l’ancien Premier ministre a également écarté l’idée d’un recentrage de la Sécurité sociale sur le « gros risque » : « Certains ont pu comprendre que c’était le cœur de sa réforme, ça ne l’est pas. Il le dira dans quelques jours. »
Une franchise variant selon les revenus
Si François Fillon vient à tirer un trait sur la réévaluation des rôles respectifs des couvertures de base et complémentaire, il n’est pas certain qu’il puisse s’appuyer sur le reste de son programme pour assurer la pérennité d’une assurance maladie qu’il juge menacée. Le député de Paris prévoit l’introduction d’une « franchise médicale universelle fonction des revenus dans les limites d’un seuil et d’un plafond, le reste à payer étant pris en charge par […] les assurances complémentaires ». Ce dispositif, qui ressemble fortement au bouclier sanitaire défendu par Martin Hirsch en 2007, s’avère très complexe à mettre en œuvre, et soit dit en passant largement incompatible avec la séparation entre gros risque et petit risque.
Une assurance santé obligatoire
Quant à la troisième et dernière proposition, elle vise à encadrer fortement l’assurance santé rendue obligatoire, via la création d’un contrat type et d’une agence de régulation. À la différence des deux autres, on perçoit mal en quoi elle peut contribuer à résorber le déficit de l’assurance maladie et sa mise en œuvre pose également des questions. Cette dernière disposition se retrouve quasiment mot pour mot dans le dernier ouvrage de Frédéric Bizard, « Complémentaire santé Le scandale ! ». Ce consultant, parti en guerre contre les réseaux de soins, aurait d’ailleurs joué un rôle non négligeable dans la rédaction du programme santé de François Fillon, programme qu’il a ouvertement défendu lors de l’entre-deux-tours de la primaire. Pas certain que cet investissement lui vaille aujourd’hui une forte reconnaissance du candidat à la présidentielle et de son équipe !
Le programme du candidat Fillon
Le chapitre santé comprend trois propositions principales concernant le financement des soins.
1/ Recentrer l’assurance maladie. « Redéfinir les rôles respectifs de l’assurance publique et de l’assurance privée, en focalisant l’assurance maladie notamment sur les affections graves ou de longues durée : le panier de soins « solidaire » ; et l’assurance complémentaire sur le reste : le panier de soins « individuel ».
2/ Une franchise fonction des revenus. « Introduire une franchise médicale universelle fonction des revenus dans les limites d’un seuil et d’un plafond, le reste à payer étant pris en charge par […] les assurances complémentaires ».
3/ Une assurance santé obligatoire. « Créer une Agence de contrôle et de régulation de l’assurance santé privée […] Ainsi le PLFSS définira le contrat standard d’assurance santé universelle obligatoire pour tous. »
 
Source : Argus de l’Assurance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *