Présidentielle 2017 : quels programmes d’Alain Juppé et François Fillon sur l’assurance santé ?

François Fillon est arrivé nettement en tête de la primaire de la droite et du centre et fait désormais figure de favori face à Alain Juppé. Voici les principaux points de leurs programmes concernant l’assurance santé avant le second tour du 27 novembre.
Le premier tour de la primaire ouverte de la droite et du centre se solde par un duel entre deux anciens Premiers ministres, François Fillon et Alain Juppé, éliminant par la même l’ancien président Nicolas Sarkozy. A l’aune du second tour (27 novembre), focus sur les propositions des deux candidats concernant la santé, qui ont fait l’objet de deux livrets spéciaux.
Là où François Fillon considère que son programme santé constitue une « rupture majeure dans la gouvernance et le pilotage de notre système de santé », Alain Juppé veut de son côté « faire de la santé (…) un des moteurs de la nouvelle croissance française ». Ils reprennent en tout cas plusieurs propositions du socle programmatique de leur parti, les Républicains, dévoilé fin mai.
HARO SUR LE TIERS PAYANT
Ces deux programmes comportent de nombreux points communs : la contestation de la réforme de la généralisation du tiers payant était ainsi, également, dans les programmes de MM. Le Maire et Sarkozy. Le tiers payant « donne le sentiment au patient que la médecine est gratuite et conduit à des abus » selon François Fillon, qui entend le supprimer. Il constitue une « gratuité fictive des soins » selon Alain Juppé, qui veut « refuser » cette réforme.
Le déficit de l’assurance maladie est également dans le viseur des deux candidats. François Fillon veut ainsi mettre en place une « règle d’or » imposant l’équilibre des comptes de l’assurance maladie, une fois celui-ci obtenu. S’il vise, pour cela, la période de son potentiel quinquennat, les prévisions de Marisol Touraine quant à la fin du « trou de la Sécu » s’orienteraient vers des excédents à horizon 2018. Alain Juppé reste plus général : s’il veut maintenir le taux de couverture des dépenses par l’Assurance maladie, il souhaite une responsabilisation accrue et une lutte renforcée contre toutes les formes de fraudes. « Nous remettrons à l’équilibre l’Assurance maladie par plus d’efficience dans la gestion des soins » écrit-il également.
Vers une agence de contrôle des assureurs complémentaires santé ?
François Fillon entend plus précisément repenser les relations entre l’Assurance maladie et les assurances complémentaires santé, en focalisant la première « sur les affections graves ou de longue duré e» (de type ALD) et l’assurance privée « sur le reste ». Il entend ainsi définir deux « paniers de soins », le « solidaire » (AMO) et l’« individuel » (AMC), dont le contenu pourrait changer chaque année. À noter qu’il veut également créer une « agence de contrôle et de régulation de l’assurance de santé privée », qui définira un « contrat type » avec une variable : le prix.
François Fillon veut instaurer une « franchise médicale universelle » supplantant à la fois le ticket modérateur et les franchises existantes (consultations et médicaments) : le montant de cette franchise sera fixé en fonction des revenus, dans les limites d’un seuil, « le reste étant pris en charge par la prévoyance et les assureurs complémentaires ». Un dispositif qui ressemble beaucoup au « bouclier sanitaire » défendu par Martin Hirsch en 2007 et vivement contesté par les organismes complémentaires santé
Peu prolixe sur l’articulation AMO/AMC, Alain Juppé axe son discours sur l’importance de la prévention et du « rétablissement » de la confiance avec les professionnels de santé, qui sera sa « première priorité et ambition ». Il propose également l’affiliation gratuite des étudiants à l’assurance maladie.
 
Source : Argus de l’Assurance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *