Réforme des retraites complémentaires : le cadeau empoisonné aux cadres modestes


Si la plupart des salariés vont voir leur cotisations retraite augmenter en 2019, quelques-uns bénéficieront d’une forte baisse de charges, qui boostera leur pouvoir d’achat. Mais ils le paieront cher une fois en retraite…
C’est un cas à part de la réforme des retraites complémentaires des salariés du privé. Alors que la fusion des régimes Agirc-Arrco, devant entrer en vigueur en 2019, va faire augmenter les cotisations retraite de la plupart des salariés, les cadres dont le salaire est peu élevé vont, eux, bénéficier d’une nette diminution de ces mêmes cotisations, ce qui va donc faire grimper leur salaire net (du moins celui avant impôt). Mais ce qui peut s’apparenter à un cadeau va, en fait, finir par se retourner contre eux…
Mais qui sont les cadres concernés ? Ceux qui bénéficient actuellement de la “garantie minimale de point” (GMP), un dispositif qui assure à tous les cadres d’engranger un minimum de 120 points par an (qui peuvent ensuite être convertis en pension) dans le régime Agirc, celui dédié aux cadres. Cette garantie, accordée à ceux dont le salaire est trop faible pour valider 120 points, leur est accordée en contrepartie du versement d’une cotisation forfaitaire, dont le montant est fixé à 72,71 euros par mois, dont 27,60 euros à la charge du salarié. En pratique, cette cotisation est due par tous ceux dont le salaire brut est inférieur au plafond de la sécurité sociale, soit 3.664,82 euros par mois en 2018, ou le dépasse de peu.
Or à compter du 1er janvier prochain, la garantie minimale de points va disparaître avec la fusion des régimes Agirc et Arrco. Principale conséquence pour les intéressés : un gain immédiat de pouvoir d’achat de 27,60 euros par mois, soit de 331,20 euros par an. Mais en contrepartie, ils vont perdre l’équivalent de 120 points Agirc par an. Et c’est là où le bât blesse…
“Si on rapporte cette perte à leur espérance de vie une fois en retraite, estimée à près de 20 ans, chaque 120 points en moins chaque année leur fait perdre un peu plus de 1.040 euros sur leur future retraite (120 points x 0,4352 x 20 ans). Ils vont donc perdre en retraite trois fois ce qu’ils ont gagné en pouvoir d’achat”, prévient Dominique Prévert, dirigeant de Optimaretraite. Comme quoi, il ne faut jamais se réjouir trop vite…

Nathalie Cheysson-Kaplan Publié le 21/09/2018 à 15h39 Mis à jour le 21/09/2018 à 15h52

Source: Capital.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *