Santé : des dépenses qui inquiètent les Français (baromètre BVA – Domplus)

La santé s’affiche comme la préoccupation première des Français, selon la dernière édition du baromètre Domplus-BVA sur leur vie quotidienne. Et pas seulement par crainte des conséquences de la maladie.
Quand la santé va, tout va ! La >b>6e édition du baromètre BVA-Domplus sur les Français et leurs préoccupations de la vie quotidienne semble confirmer une fois de plus ce vieil adage. La santé ou celle de leurs proches arrive très largement en tête (81 %) dans la hiérarchie des préoccupations quotidiennes de nos concitoyens. Loin devant la situation financière de leur foyer (67 %) et l’emploi (66 %). On retrouve le même podium parmi les actifs, même si l’écart est plus resserré. A contrario, la retraite n’apparait pas comme une inquiétude forte, y compris parmi les actifs, alors que la question de la prise en charge d’un proche dépendant progresse de quatre points depuis le dernier baromètre.
 
Sondage
 
Les remboursements de soins
Interrogés plus précisément sur cette préoccupation concernant la santé, les Français placent en tête (76 %) de leurs inquiétudes la survenue d’une maladie et ses conséquences. Mais arrive en seconde position (60 %) la problématique financière, à savoir le coût pour se maintenir en bonne santé et les remboursements de soins. Bref, non seulement les Français craignent d’être malades, mais également de ne pas avoir les moyens de se soigner…
Un problème de santé
Un résultat qui peut paraître surprenant dans un pays qui possède un système de Sécurité sociale robuste et qui a instauré plusieurs dispositifs dont la couverture maladie universelle (CMU) et l’aide à la complémentaire santé (ACS) afin d’atténuer, voire de supprimer les barrières financières à l’accès aux soins. Et pourtant cette hantise se confirme dans les réponses des Français qui se disent préoccupés par leurs ressources : si la première inquiétude tient à la « la part des dépenses indispensables comme le logement ou l’alimentation » dans leur budget global (47 %), arrive tout de suite derrière un « problème de santé » (44 %), une préoccupation qui enregistre une hausse de 5 points par rapport au baromètre de 2015.
De quoi relativiser le dernier discours de Marisol Touraine devant la commission des comptes de la Santé, au cours duquel la ministre s’est fortement réjoui du net recul du reste à charge des assurés depuis 2012, en s’appuyant sur les statistiques de la Drees.
 
Source : Argus de l’Assurance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *